Le roman de Philippe DJIAN qui m’a apporté le plus de sensations est sans conteste « 37°2, le matin ».

Zorg (l'écrivain) et son chat...

Zorg (l’écrivain) et son chat…

 

Un beau roman = Une belle histoire.

L’histoire d’amour époustouflante de Betty et de Zorg est restée imprégnée au plus profond de mes tripes. Je suis, il est vrai, un romantique inconditionnel. J’ai lu, aussi, ce roman quand j’étais jeune adulte. Le film réalisé par Beineix a fait le reste (1).

Ce qui fut le plus étonnant, c’est que j’ai retrouvé, en grande partie, dans le film, ce que j’avais aimé dans le roman de Philippe Djian. Les paysages notamment sont superbement restitués. On se retrouve à fond dans le livre. Mais chaque lecteur perçoit différemment ce qu’il lit. Il est probable que mon ressenti rejoignait celui du réalisateur du film.

A ce sujet, on qualifie souvent mes livres « d’écriture visuelle ». Je ne le renie pas. C’est d’ailleurs un effet de style que je travaille beaucoup en seconde et troisième lecture du manuscrit. J’essaie de laisser le plus de liberté possible au public au niveau de son imaginaire. Ainsi, certaines descriptions sont volontairement retravaillées pour être épurées et ouvrir largement la porte à l’imagination de ceux qui lisent mon livre. Lors des séances de dédicaces, je demande souvent au public comment il a vu tel paysage, tel décor, tel lieu… Leurs réponses me surprennent mais me ravissent aussi. Je me dis alors : « Chouette, ça fonctionne ».

L'affiche du film réalisé par Jean-Jacques Beineix

L’affiche du film réalisé par Jean-Jacques Beineix

Pour en revenir à 37°2 le matin, si vous ne l’avez pas encore lu, vous allez entrer dans la tête d’un écrivain — Zorg — qui a écrit des dizaines de cahiers. Betty, sa copine, un peu folle, très excentrique et passionnée, tombe par hasard sur les cahiers de son amoureux. Elle va les dévorer. Puis s’enflammer. Elle s’équipe alors d’une machine à écrire et se lance dans la retranscription des cahiers pour en faire un énorme manuscrit dactylographié qu’elle va ensuite envoyer aux maisons d’édition. Je ne vous en dis pas plus mais vous allez avoir des surprises.

Une belle histoire d’amitié.

Ce roman est aussi une belle histoire d’amitié entre le couple Betty-Zorg et le couple formé par Lisa et Eddy.  Les liens d’amitié établis entre les deux couples vont nourrir l’histoire d’amour de Zorg et Betty tout en nous faisant prendre conscience de la futilité de la vie par rapport au matérialisme. Dans le film, ceci se ressent très fort aussi. Il y a notamment une scène géniale où Zorg pète un câble quand il apprend que Betty attend un enfant : le flic joué par Vincent Lindon part dans un spleen poétique et se met à chanter « Prendre un enfant par la main… » au lieu de verbaliser Zorg qui transporte un piano… Un régal !

Betty joué par Béatrice Dalle

Betty joué par Béatrice Dalle

La fin du roman ? Je ne peux rien vous dire car ce serait une trahison par rapport à Djian. Si vous n’avez pas encore lu ce livre, je ne dois même pas vous en dire plus, j’ai déjà trop donné d’indices… hé hé hé.

Le style de Djian ? 37°2 le matin fait partie des livres de sa première période littéraire : une écriture « rock », inspirée de ses auteurs fétiches d’outre-atlantique comme John Fante, Richard Brautigan, J.D Sallinger, Bukowski, Hemingway, etc… Plus tard, Philippe va évoluer dans son style. Ce qu’il a toujours été, en tout cas, c’est un artisan des phrases. Il les construit littéralement mot à mot. Il écrit tous les jours, +/- 500 mots. Il reste parfois une heure sur une phrase. Pour comprendre, il faut l’imaginer restaurant une vieille bergerie près de Fitou, pierre par pierre, lentement, avec précision; il écrit comme cela.

Un secret par rapport à mon roman « ALLER RETOUR ».

Ce roman de Djian m’a marqué au fer rouge. Il fait partie des livres que je garde toujours près de moi. Il est de la famille. Lisez-le, vous allez aimer.

Si vous le lisez bien jusqu’au bout, vous allez trouver une similitude avec la dernière partie de mon roman « Aller Retour »… Si si…  Vous savez que j’aime les chats 😉

Et soyez heureux.

Lien du livre : 

37°2 le matin

(1) Le film de J-J Beineix date de 1986. Le rôle de Betty est joué par Béatrice Dalle et elle crève l’écran. Le rôle de Zorg est tenu par Jean-Hugues Anglade : génial.

Jean-Claude Lardinois