Ecrire son  roman ? Pourquoi pas vous ?

« Ecrire son roman » : c’est une des principales envies exprimées par un tiers de la population. D’après un sondage Opinion Way pour Le Figaro Littéraire (*), 1,4 million de Français ont un manuscrit à faire lire, mais seuls… 400 000 d’entres eux font la démarche de l’envoyer à un éditeur. C’est le plus grand parti de France, celui des auteurs potentiels qui rêvent d’écrire leur roman. À n’importe quelle élection, il remporterait tous les suffrages. 

Le sondage en image

Le sondage en image

Selon une autre étude menée en 2015 par Odoxa pour le site de vente en ligne Amazon, « Les Français aiment écrire« . Cette étude montre ainsi qu’un Français sur trois a déjà écrit ou songé à écrire un livre (un roman, un essai, des souvenirs, de la poésie ou du théâtre), 32 % exactement, selon un sondage de « Le Figaro Littéraire ».

1,4 million de personnes possèdent déjà un manuscrit. 32 % des sondés ont écrit ou songé à écrire un livre.

Ce sondage indique aussi que les jeunes (18-24 ans) sont les plus motivés par l’écriture : 59% d’entre eux déclarent « aimer écrire« . Cette étude indique aussi que plus d’un million de livres sont en train de prendre la poussière, en attente d’être lus.

 

Et vous ? Avez-vous déjà écrit votre roman ? Possédez-vous déjà un manuscrit terminé ? Avez-vous déjà envoyé votre manuscrit à un éditeur ?

 

Et si on pouvait apprendre à écrire son premier roman ?

Et ce qui est tout particulièrement intéressant, c’est que 76 % des Français pensent qu’Internet peut permettre aux écrivains de rencontrer le succès.

 

Aux Etats-Unis, des écrivains majeurs comme Raymond Carver, Richard Ford ou Jay McInerney revendiquent souvent avoir suivi des cours de création littéraire (« creative writing »). Les ateliers d’écriture ne sont pas une nouveauté outre-Atlantique. Le premier programme du genre a vu le jour en 1936 à l’université d’Iowa, désormais célèbre pour les nombreux Prix Pullitzer qui y sont passés, comme Philip Roth.

apprendre à écrire son roman

Atelier d’écriture

Et en Europe ?

Il existe des ateliers d’écriture dans certaines universités européennes. Mais les places sont limitées. De plus, elles ne sont pas accessibles à tous les publics. C’est pour ces raisons que certains ateliers se sont développés dans différents pays pour accompagner celles et ceux qui rêvent d’écrire leur livre ou qui ont déjà rédigé un manuscrit et qui souhaitent travailler leurs écrits.

Et chez nous, comment apprendre à écrire son roman ?

Ecrire-Publier-Vendre va encore plus loin et proposera ses services dans l’esprit des ateliers d’écriture créative des USA et des autres pays anglo-saxons. Non seulement, vous aurez la possibilité d’apprendre à écrire un roman mais vous serez aussi accompagné activement, par des formations actives et pédagogiques, pour le publier et ensuite le vendre à votre lectorat.

 

La différence ?

Chez Ecrire-Publier-Vendre, vous serez guidé par un véritable écrivain qui sait de quoi il parle. Jean-Claude Lardinois a déjà écrit et publié quatre livres dont deux romans. L’un de ses romans est resté classé 42 jours dans le fameux TOP 100 de Amazon ! C’est un best seller.

La couverture

La couverture

Il a aussi réalisé ses couvertures tout seul, il a publié ses ouvrages et il les vend avec succès…

Il a également motivé, encouragé, guidé et publié une de ses stagiaires pour son premier roman : Zoé Jules ! Celle-ci connaît depuis le succès avec son livre « Confidences sur canapé« .

Confidences sur canapé

Confidences sur canapé

La différence est évidente : ici, chez Ecrire-Publier-Vendre, vous aurez un « professeur formateur » qui a prouvé qu’il sait faire et qui vous montrera comment faire. On se trouve bien dans le schéma des ateliers d’écriture américains : des vrais auteurs qui accompagnent les futurs écrivains de demain !

Et vous, qu’en pensez-vous ? Exprimez-vous ci-desous dans les commentaires, on est curieux de connaître votre avis…

Soyez heureux.

Jean-Claude

 

(*) Sondage réalisé par OpinionWay pour Le Figaro littéraire. Étude réalisée auprès d’un échantillon de 988 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence