Comment un chômeur devenu écrivain a réussi à construire sa nouvelle vie ?

Le salon Mon’s Livre 2016 (5ème édition) offre aussi une visibilité aux écrivains locaux. Parmi eux, Jean-Claude Lardinois, un chômeur devenu écrivain ,  qui s’est redécouvert une passion pour l’écriture après 50 ans. Son ambition aujourd’hui : former des auteurs. Sa femme a été sa première élève.

 

Perdre son boulot peut parfois être une belle opportunité… Bon, quand l’huissier de justice a sonné à sa porte pour lui signifier son licenciement, Jean-Claude Lardinois n’a sans doute pas vu les choses sous cet angle. 50 ans, plus de revenus… Pas de quoi pavoiser. Le voici devenu un chômeur. Il ne sait pas encore, ce jour-là, qu’il deviendra plus tard un  » chômeur devenu écrivain « …

Oui, je suis devenu chômeur brutalement. Puis je me suis reconstruit. On peut dire que je suis un chômeur devenu écrivain…

 

Pourtant, 4 ans plus tard, Jean-Claude sera un des 220 exposants du salon Mon’s Livre, le plus grand salon du livre neuf de Wallonie, ce week-end au Mons Expo. C’est déjà son 3e Mons’Livre en 3 ans de « carrière » d’écrivain.

Le déclic ? Le retour sur les bancs de l’école, pour suivre une formation d’enseignant. « Ça m’a redonné goût à l’écriture », résume-t-il. Un loisir qu’il avait abandonné il y a plus de 30 ans. « J’ai commencé à écrire à l’adolescence. Puis j’ai arrêté quand j’ai commencé à travailler dans le commerce ».

 

Une fois débarqué de ce monde, le virus des mots le reprend, grâce aussi à l’image. Photographe autodidacte, il en était resté à l’argentique. Il profite de sa période d’inactivité pour suivre une formation à la Technocité de Mons. Une de ses photos tape dans l’œil de son formateur, qui le pousse à approfondir le sujet. Cela donne naissance à un premier ouvrage signé de son nom : « Journal photographique d’un curé de campagne ». Pendant 6 mois, Jean-Claude suit le frère dominicain Bruno Delavie, un curé atypique qui prêche aux exclus : les divorcés, les homosexuels… L’ouvrage est un succès : il est aujourd’hui épuisé.

Un chômeur devenu écrivain et heureux de l'être

Un couple d’écrivains… Heureux !!! Crédit photo : Ugo PETROPOULOS

De l’image aux mots… De chômeur devenu écrivain à éditeur auteur…

 

De la photo à l’écriture, il n’y a finalement qu’un pas que Jean-Claude finit par franchir quand il retrouve de vieux manuscrits de son adolescence, dont une nouvelle contant l’histoire d’amour entre un élève et un prof de français… Ce sera le point de départ de « Troubles jeux », le début de l’aventure littéraire pour Jean-Claude Lardinois. Il choisit de publier son premier roman d’abord sous forme numérique, via Amazon.

 

Une bonne manière de le tester et d’avoir des avis neutres, hors du cercle familial. Puis un jour son épouse Jacqueline remarque quelque chose de curieux : « C’est bizarre, je lui dis. Je viens de te voir à côté d’Amélie Nothomb, de Marc Lévy… » Et pour cause : le premier roman de Jean-Claude vient d’intégrer le top 100 des meilleures ventes d’Amazon. Il y reste 42 jours. « Dès que je me levais le matin, je regardais où j’en étais dans le classement, c’était devenu un jeu », rigole l’auteur.

Son premier roman ne tarde pas à avoir des petits frères : « Vivant », recueil de nouvelles et de poèmes exhumés de sa jeunesse et « Aller-Retour ». Des ouvrages autoédités et autos promus… Apprendre soi-même, une constante dans le parcours de Jean-Claude, récompensé par le prix du « Talent montois » en 2015.

 

Former des écrivains…

 

Et apprendre aux autres aussi. Travaillant aujourd’hui dans un centre de formation, il est aussi devenu formateur online pour écrivain en herbe, via son blog. Il y publie des trucs et astuces pour écrire son roman, mais aussi le promouvoir, et c’est souvent là-dessus que ça coince. « la question que l’on me pose 7 fois sur 10, c’est : “comment faire connaître mon roman ?” Et pour ça, pas de secrets : il faut communiquer.

 

“Pour durer, il faut entretenir sa notoriété. J’écris un billet de fond par semaine sur mon blog, j’ai lancé une chaîne YouTube avec un vidéo par jour…” Il offre des livres aussi, qu’il voit comme retour sur investissement. “Ce sont des livres que je ne vendrai pas, mais qui contribuent à me faire connaître”, pense-t-il. Du travail promotionnel qui demande du temps : comme ce week-end complet qu’il passera à Mon’s Livre. Par passion.

 

Le virus transmis à sa femme.

 

C’est sa femme Jacqueline qui a poussé Jean-Claude à partager ses conseils en écriture de roman. “Tu aimes transmettre. Pourquoi est-ce que tu ne partagerais pas tes trucs et astuces d’auteur ?” Lui a-t-elle suggéré ? Elle savait de quoi elle parlait puisqu’avec l’aide de son mari elle vient de publier son premier roman : “Confidences sur canapé”.

 

confidences sur canapé de Zoé Jules

Confidences sur canapé

Un livre qu’elle décrit comme un peu “foufou”. A la base, ce devait être un one shot, mais… “Quand je l’ai eu en main, je l’ai relu 4 ou 5 fois, en me disant : c’est fait, je peux mourir je n’en referai plus. Et puis j’ai pris une feuille de papier…” Résultat ? Le prochain roman est dans une table de nuit. Il est programmé à paraître l’année prochaine. Avant la 6e édition de Mon’s Livre.

 

 

L’article source de ce jour est inspiré de celui de Ugo PETROPOULOS (journaliste chez Vers l’Avenir et Lavenir.net). 

Lien de l’article original : ici